vendredi 22 octobre 2021

Halloween : un retour au paganisme

Par Marian T. Horvat, Ph.D

Halloween aux États-Unis. Source


Tous les ans à cette époque, les sorciers relèvent un défi contre les saints. Il n'est pas besoin d'avoir un esprit astucieux pour deviner quel bord tient le haut du pavé de nos jours.

Des squelettes, des sorcières, des fantômes, des araignées et des corbeaux d'Halloween, de même que des fenêtres et des parterres décorés de citrouilles avec quasiment la même régularité que les illuminations et les crèches de Noël. Les adultes et les enfants bavardent et préparent des costumes pour leurs fêtes et leurs Trick-or-Treat* joyeux. Les jeunes visitent des maisons hantées ; les chaînes de télévision sponsorisent des fêtes monstres mettant en scène toutes sortes de scènes d'horreur ; des véritables sorcières et sorciers donnent des interviews expliquant la signification et l'importance de leur fête spéciale.

Chaque année, au même moment, des églises, des écoles et des familles catholiques ripostent courageusement avec la fête des saints. Les enfants mettent des déguisements de leur saints patrons favoris pour célébrer la Toussaint, le 1er novembre, une fête et jour férié solennel d'obligation d'honorer tous ceux qui – connus et inconnus – sont déjà dans la gloire de Dieu. Le jour suivant, le 2 novembre, est le jour des Défunts, lorsque les catholiques prient pour le secours des âmes du Purgatoire, en particulier les membres de leurs familles.

Je me souviens des Sœurs de la Charité nous ordonnant de visiter une église pour prier six Notre Père, Je Vous Salue Marie, et le Gloire au Père pour les attentions du pape pour recevoir une indulgence plénière pour un âme du Purgatoire. On pouvait sortir et rentrer à nouveau dans l'église pour offrir les prières pour une autre âme. Ma mère m'expliquait les « compétitions saintes » qu'elle et ses amis faisaient dans la petite ville de St Mary, dans le Kansas, pour voir qui aurait obtenu le plus d'âmes sorties du Purgatoire. Au Mexique, el dia de los muertos, le jour des morts, était une fête majeure, avec des familles confectionnant des autels pour les maisons où ils offraient des prières spéciales pour les membres qui étaient décédés.

Ces bonnes pratiques et usages catholiques ont été largement oubliées et mises de côté avec le déclin grandissant du christianisme et la montée en parallèle du paganisme. Même les journées d'obligation ont été abrogées, et beaucoup de catholiques ne pensent plus à la signification religieuse d'Halloween, qui signifie veille sainte, du vieil anglais all hallow E'en. Il y a malheureusement des raisons à cette négligence. Dans les médias et les salles de classe, toute l'attention est consacrée aux citrouilles, aux monstres, au sang et au gore. Dans l'Église, ces saintes habitudes du temps passé sont ridiculisés comme étant des anachronismes d'avant Vatican II et les prêtres ne prêchent plus sur le sujet du Purgatoire.

Des origines païennes 

Les origines d'Halloween remontent à l'ancienne fête celtique de Samhain qui marquait la fin des moissons et le début de l'hiver, une époque de l'année associée avec la mort. Les celtes païens croyaient que cette nuit-là, la frontière entre le monde des vivants et le monde des morts était floue, et les esprits des morts retournaient sur terre. C'était une nuit de communication surnaturelle avec les morts, des formes diverses de divination et de prophétie, et des rituels sexuels.

Halloween à Derry, Irlande du Nord. Source

A partir du IXe siècle, l'influence de l'Église catholique a pénétré les terres celtiques. Au VIIe siècle, le pape Boniface IV avait déjà statué que le 1er novembre serait le Jour de Tous les Saints, un moment pour honorer les saints et les martyrs. Plus tard, l'Église allait faire du 2 novembre le Jour des Défunts, une journée pour honorer les morts. La veille de la Toussaint et des Défunts était célébrée avec des grands feux, des défilés et des déguisements en costumes de saints, d'anges et de diables.

C'était la manière prudente d'agir de l'Église missionnaire face aux fêtes païennes qu'elle a transformé. Elle a ordonné les coutumes et les habitudes qui existaient parmi les peuples de religion catholique.

Un processus inverse – le retour au paganisme

Comment peut-on interpréter l'important accent actuel sur les aspects macabres et occultes d'Halloween ? Est-ce simplement un processus de laïcisation ? Une nuit faite pour exploiter la crédulité des enfants et leur peur des esprits et des fantômes ? Je pense que c'est bien plus que cela.

A la place d'une Église qui institue avec sagesse des traditions judicieuses pour remplacer les coutumes païennes, nous sommes témoins aujourd'hui d'un processus inverse. Une société païenne balaye la mémoire-même de nos fêtes catholiques. Halloween, autrefois utilisée pour désigner la fête de la veille de la Fête de Tous les Saints, est devenue une fête strictement laïque dans l'esprit de la plupart des gens. La fête des Défunts est entièrement éradiquée des esprits de la société au sens large.

Les fêtes catholiques ont pour but de démontrer que l'âme juste qui croit en la Résurrection et une récompense éternelle ne doit pas craindre la mort. Cela commémore les morts et en agissant ainsi, elle invite le croyant à faire une méditation saine sur la mort. En exploitant les squelettes, les fantômes, les vampires et les démons, même dans les formes ridicules de costumes et de masques, le Halloween moderne fait plus qu'oblitérer la mémoire de la mort – c'est une sorte d'invitation aux enfants à être habitués aux pires côtés du paganisme, qui est sa familiarité avec l'horreur et le mal.

Le fait même que les catholiques ne soient plus dérangés par ce néo-paganisme rampant et l'effacement de nos fêtes religieuses est un signe que la vigilance catholique a été affaiblie. Au fil des années, de nombreux parents ont arrêté de transmettre les coutumes catholiques aux enfants, les religieuses et les prêtres dans les écoles catholiques ne transmettent plus l'héritage et les traditions catholiques. Le résultat, ce sont des générations d'enfants sans mémoire des fêtes et des traditions religieuses.

Qu'est-ce qui prend leur place ? Ce ne sont pas seulement des valeurs laïques et du matérialisme. Ce que nous voyons, c'est le retour aux rituels démoniaques du paganisme.

Par exemple, le Halloween actuel met l'accent sur l’agression, le macabre, le sang, la mort, les monstres et même des figures immorales. Quels horizons ouvrent ces figures sinistres et grotesques aux enfants et aux jeunes ? Non pas le merveilleux, mais l'horrible. Quel sorte d'émotion cela stimule ? Non pas le deuil de la mort des célébrations catholiques, mais la peur et l'excitation nerveuse de rituels païens. Le grotesque et le monstrueux deviennent co-naturels à l'esprit moderne, un produit typique du néo-paganisme.

Par conséquent, que devons faire par rapport à Halloween ?

En principe, ce qui est présenté à un enfant devrait tendre à le rendre plus mur si c'est sain dans son influence. L'Église, dans sa sagesse, stimulait la fête des Saints pour former l'enfant en stimulant son imagination ainsi que lui ouvrir son horizon aux valeurs élevées et vaillantes de ses héros et ses héroïnes de son histoire. Elle encourageait les prières et les célébrations pour les âmes des disparus fidèles pour que les enfants soient équilibrés et sereins, en lieu et place de la frénésie et de l'effrayant, face au spectre de la mort.

Face à cela, voici mon conseil : éviter d'entrer dans les commémorations néo-païennes d'Halloween. Instituez à nouveau les coutumes catholiques et célébrez des fêtes de Toussaints et des Défunts joyeuses.

Source :

https://www.traditioninaction.org/religious/e008rp_Halloween.htm

* "Trick or Treat" (une friandise ou un sort) est la formule qu'utilisent les enfants lorsqu'ils vont quémander des friandises chez les gens. 


3 commentaires:

  1. Plusieurs fautes d'orthographe dans cet excellent article:
    et mis : mises. Statué : statué.Toussaint, et des Défunts : pas de virgule, célébré: célébrée , transformé: transformées.d'un processus , il manque le d'.
    devenu: devenue ,démonter: démontrer, habitué: habitués,
    transmet: transmettent, mémoires:mémoire, païen.: païens, Saints , pas de virgule avant pour,leur imagination ; son imagination ,leur ouvrir leur horizon: lui ouvrir son horizon, leurs héros et leurs héroïnes de son histoire: ses héros et ses héroïnes ,

    Marie car je suis allée voir votre profil ,vous avez Marie comme premier prénom c'est beau , merci à vos parents et moi comme deuxième prénom. Si je puis me permettre en toute charité chrétienne, faites attention à vos goûts musicaux : N'écoutez jamais de la musique celtique: les satanistes se réfèrent à la mythologie celtique et surtout au Dieu Odin dans le tirage des runes celtiques ,qui a été pendu et qui correspond au pendu dans le tarot de Marseille . Avec un soeur sorcière de Satan hélas je connais la signification.
    Et n'écoutez plus jamais de la musique rock : c'est du satanisme à l'état pur: ils ont presque tous fait des pactes avec le diable, c'est bourré d'hommages à Satan, de messages subliminaux. Et pour la musique classique que j'aime aussi beaucoup sont francs maçons: Mozart, Beethoven, Litz etc... LE MIEUX POUR LA GLOIRE DE DIEU ce sont les cantiques chrétiens et anciens si possible avant Vatican II. Et évitez aussi absolument les chansons de variétés . Sinon bravo pour votre belle famille , je vous porterais tous dans mes prières . Cordialement Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir signalé les fautes. En fait, je n'ai pas beaucoup relu ma traduction avant de la publier faute de temps hier. J'ai remarqué que je laisse beaucoup de faute lorsque je fais une traduction.

      Pour la musique celtique, je m'intéresse depuis longtemps à la musique traditionnelle irlandaise. Je connais un petit peu la musique écossaise aussi. Une grosse partie sont constitué de chants populaires ou de chants patriotiques qui n'ont rien de sataniste. N'oublions pas que ces pays ont été christianisés il y a 1500 ans environ ! Et concernant les chants irlandais, ce pays qui est resté si longtemps si catholique, ils évoquent souvent des valeurs chrétienne de courage, d'honneur et de fidélité. Le rock, j'évite désormais mais pour sur ce que vous appelez la variété, n'exagérez-vous pas un peu ? Dans la chrétienté à travers les siècles, il y a des grandes œuvres dans l'art sacré parallèlement à des chansons populaires. Dans tout ce qui est produit ces dernières décennies, il y a évidemment un tri à faire mais tout n'est pas à jeter ! Mozart était franc-maçon, oui mais à ma connaissance, seul La flûte enchantée est une œuvre maçonnique. Pour le reste, la beauté des œuvres est reconnue par tous, y compris des catholiques. Je ne vois rien par exemple de sataniste dans ce morceau (entre autres) : https://www.youtube.com/watch?v=df-eLzao63I

      Sinon, pour se mettre en condition de méditation ou de prière, il vaut mieux évidemment un tri rigoureux bien évidemment ! Merci à vous et bonne soirée dans la paix du Christ.

      Supprimer
    2. "une grosse partie est constituée" et non pas "une grosse partie sont constitué" bien sûr ! 😂

      Supprimer

Articles les plus consultés